Navigation – Plan du site

La rencontre avec l’« Autre » dans la lecture d’œuvres francophones adressées à la jeunesse : modalités, réception et perspectives

Christèle Maizonniaux

Résumés

La lecture d’albums francophones destinés à la jeunesse est encore peu répandue dans l’enseignement-apprentissage du FLE. Nous avons proposé dans une démarche innovante l’introduction de deux ouvrages de ce type, l’un suisse, l’autre québécois, à des niveaux peu élevés de maîtrise de la langue cible. Notre recherche a été conduite auprès de 26 apprenants d’ab initio de français langue étrangère à l’Australian National University (Canberra). L’objectif était d’obtenir des informations quant à la réception de ces ouvrages spécifiques. Après avoir présenté le contexte de la recherche et l’intérêt didactique des deux albums retenus, nous présentons les résultats de l’analyse de questionnaires distribués en fin de parcours de lecture. Ces résultats informent sur la réception des albums retenus ainsi que sur l’engagement des jeunes adultes dans la lecture de ces œuvres iconotextuelles francophones.

Haut de page

Texte intégral

1Le présent article aborde la question de la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle dans l’enseignement/apprentissage du FLE. Il s’intéresse notamment aux potentialités offertes par la littérature de jeunesse francophone contemporaine pour aborder, en langue-culture, l’altérité et la pluralité.

2Les manuels de français langue étrangère intègrent de plus en plus fréquemment des informations littéraires ou culturelles sur les pays de l’aire francophone. Pour autant, il nous semble que cette approche est morcelée et n’offre pas, à des niveaux peu élevés de maîtrise de la langue, l’opportunité de lire des ouvrages intégraux et authentiques. Il s’agit ici de voir comment une approche innovante, basée sur la lecture d’iconotextes adressés à la jeunesse permet d’aborder cette pluralité francophone, à un niveau peu élevé de maîtrise de la langue cible à l’université.

3Choisir des ouvrages de littérature de jeunesse répond à deux préoccupations essentielles : celle de proposer aux moins expérimentés de nos apprenants des iconotextes qui sont à la fois accessibles et stimulants et qui permettent une entrée en littérature, celle également de proposer des ouvrages qui s’inscrivent, par définition, dans une démarche de transmission et d’éducation et qui, par conséquent, fournissent des éclairages sur la langue et la culture des régions dont ils émanent. Nous nous proposons ici de voir, à partir de deux exemples, quelle forme peut prendre la rencontre avec l’autre, avec « les autres ». Nous observerons également comment, dans certains de ces iconotextes adressés à la jeunesse, transparaît la relation à l’autre à l’intérieur d’une même communauté puisque, comme il est précisé en postface de l’ouvrage coordonné par Virginie Douglas, cette relation « reste au cœur de la socialisation du jeune vers laquelle tend tout texte pour la jeunesse, de la colonisation à la mondialisation. »(Douglas, 2013 : 194).

  • 1 Remarque préalable : Nous utiliserons dans la suite de ce texte et par commodité le terme ‘francoph (...)
  • 2 Pouliot, S. 1994. L'image de l'autre - Une étude des romans de jeunesse parus au Québec de 1980 à 1 (...)

4Dans une première partie seront présentés le contexte de la recherche ainsi que le corpus d’albums francophones proposé aux apprenants, en observant d’une part, comment ce corpus constitue une ouverture sur le monde francophone1, et d’autre part, comment il renvoie aussi, pour reprendre l’expression de Suzanne Pouliot, « une image de l’autre » en contexte multiculturel2. Dans une deuxième partie sera abordée la question de la réception de ces œuvres par les apprenants participant à la recherche ainsi que celle de leur engagement dans la lecture de ces œuvres spécifiques. Nous conclurons en abordant brièvement les perspectives offertes par d’autres ouvrages de littérature de jeunesse pour satisfaire les objectifs de pluralité et de diversité qui sont ceux de l’enseignement-apprentissage des langues et cultures étrangères.

Contexte de la recherche, iconotexte destiné à la jeunesse et corpus retenu

L’institution et le public

5Avant de présenter le corpus d’ouvrages proposé à nos apprenants, nous dirons quelques mots de l’institution dans laquelle ceux-ci sont inscrits et apporterons quelques précisions quant à leur parcours d’apprenant.

6L’institution dans laquelle notre recherche a été conduite est l’Université Nationale australienne située à Canberra. Cette université a été créée dès le départ pour être une université de recherche. N’y entrent que des étudiants ayant obtenus de bons résultats au diplôme sanctionnant la fin d’études dans le secondaire. Pour la recherche qui nous concerne, les apprenants font partie d’un groupe d’apprenants ab initio inscrits en seconde année de français. Ce niveau regroupe à la fois de vrais débutants, c'est-à-dire des apprenants qui ont commencé le français dans l’institution et qui ont derrière eux 130 heures de français et des apprenants ayant appris le français pendant 4 à 6 ans dans le secondaire mais dont le niveau de français est insuffisant pour leur permettre d’intégrer la 3ème année dans l’institution. Il importe encore de souligner que le groupe est multiculturel, puisque sur les vingt-six participants à la recherche, cinq mentionnent comme langue parlée à la maison une langue autre que l’anglais et que sur ces cinq étudiants, deux sont des étudiants internationaux de nationalité chinoise.

7Les filières dans lesquelles ces apprenants sont inscrits sont diverses : certains sont inscrits en « Bachelor of Arts » une licence pluridisciplinaire, alors que d’autres sont inscrits en commerce international, en sciences ou en langues.

8Précisons encore que leurs lectures passées en langue-cible sont très éclectiques mais que rares sont ceux qui disent avoir lu un ouvrage littéraire intégral en français. Ajoutons que seize apprenants estiment avoir peu d’expériences en matière de lecture, que pour sept d’entre eux il s’agit d’une expérience difficile ou douloureuse et qu’enfin quatre participants qualifient cette expérience passée de « positive ».

L’iconotexte destiné à la jeunesse

  • 3 A ce sujet, Matthieu Letourneux note que « non seulement l’album pour la jeunesse associe deux lang (...)

9Le terme « iconotexte »repris à Michael Nerlich (1990), romaniste allemand, désigne des ouvrages qui allient texte et image tout en proposant une relation image-texte qui est complexe. Ce type d’ouvrage requiert de la part du lecteur une attention soutenue pour les vecteurs d’information que sont l’image et le texte et pour les relations que ces deux médiums tissent entre eux3. Parmi les autres aspects complexes présents dans l’iconotexte destiné à la jeunesse, on peut citer une certaine complexité sur le plan linguistique (on pense ici, par exemple, aux albums de Claude Ponti) ou sur le plan culturel (comme nous le verrons ici par exemple avec l’album Le chandail de hockey de Roch Carrier).

  • 4 Pour plus d’informations sur ce point particulier, on pourra se reporter utilement au chapitre2 de (...)
  • 5 Appelt (1985) note par exemple qu’une telle démarche peut heurter les apprenants, qu’ils peuvent se (...)

10Si ce type d’ouvrage présente des aspects qui, de prime abord, peuvent paraître intéressants pour l’enseignement-apprentissage des langues auprès d’un public adulte, il n’en demeure pas moins que peu de recherches ont à ce jour été conduites à ce sujet4. Le manque de légitimité dont souffre la littérature de jeunesse contemporaine en est sans doute l’une des raisons. On peut aussi évoquer chez les didacticiens la crainte que l’apprenant adulte se sente infantilisé5 si on l’expose à des supports qui sont diffusés dans des collections destinées à l’enfance.

11Certains chercheurs ont proposé des démarches culturelles (ou interculturelles) qui font une place à l’iconotexte pour la jeunesse. On pense ici notamment à une proposition de Françoise Demougin (Demougin, 2008) qui inclut notamment un album contemporain, une fable de La Fontaine et le visionnement d’un film relativement récent. Cette démarche invite l’apprenant à réfléchir sur sa culture pour mieux appréhender la culture de l’autre.

Le corpus d’œuvres pour la jeunesse retenu

  • 6 Ont d’abord été proposes plusieurs réécritures contemporaines du conte « Le Petit Chaperon rouge «, (...)

12Les ouvrages francophones auxquels il est fait référence ici entrent dans la catégorie des albums pour la jeunesse. Ces albums font partie d’un corpus plus vaste de cinq livres pour la jeunesse (récits illustrés et albums) et leur étude se situe en milieu de semestre, avant l’étude d’un ouvrage à portée psychologique et philosophique plus long6. La démarche proposée aux apprenants vise essentiellement à développer des compétences en lecture en langue cible ainsi que des compétences en écriture, à travers une série d’exercices appartenant au domaine de l’écriture sous contraintes.

13Les deux albums francophones étudiés ici n’ont pas donné lieu à la production d’écrits évalués mais leur lecture s’est accompagnée d’exercices visant la compréhension et l’appropriation du lexique. En outre, plusieurs documents de nature informative ont été fournis en lecture optionnelle, afin d’éclairer les aspects culturels abordés dans ces ouvrages.

L’album Reine, de Jacqueline Delaunay

  • 7 Isabelle Nières-Chevrel affirme : « En simplifiant un peu, on peut dire que les petits formats sont (...)

14Reine se signale d’emblée par son grand format, caractéristique dirait Isabelle Nières-Chevrel (2009 : 121), du spectaculaire ou de l’abondance7. Ici le qualificatif de « spectaculaire » nous paraît tout à fait approprié pour parler des paysages grandioses des montagnes suisses qui se déploient sur la double page de l’album. Sur un fin bandeau en bas de page se déroule le texte de l’album.

Figure 1 : Reine, Jacqueline Delaunay, 2008

Figure 1 : Reine, Jacqueline Delaunay, 2008

© La Joie de lire

15La trame narrative de cet album est relativement « simple » pour ne pas dire « simpliste ». Dans l’album, l’enjeu du combat pour le jeune Pierre est de conserver la vache à laquelle lui-même est très attaché tout comme l’était sa mère défunte. Si la belle Saphir gagne, elle pourra rester auprès de lui.

  • 8 Cet album qui est l’œuvre de Selina Chönz et du peintre et graphiste grison Alois Carigiet, aborde (...)
  • 9 L’importance accordée ici au paysage suisse, à la nature, à sa beauté est, semble-t-il, à mettre en (...)

16Cet album présente un intérêt didactique à trois niveaux : linguistique, culturel et interculturel, et ce, notamment lorsqu’il est accompagné d’iconotextes ou d’ouvrages présentant d’autres traditions suisses. Pour notre part, nous avons présenté l’album « Une cloche pour Uersli » (Schönz, Carigiet, 2008)8. L’intérêt linguistique de l’album Reine est d’abord de présenter des variations, des termes spécifiques à cette région de la Suisse. Si cet aspect participe de la complexité de l’album, il faut aussi remarquer que l’auteur, comme bien souvent en littérature de jeunesse, prend le soin d’aider son lecteur dans la découverte de ces termes proprement suisses et dans la compréhension de références culturelles qui sont étrangères au lecteur. Cette aide prend ici la forme d’un glossaire présent à la fin de l’ouvrage. Cet album revêt donc également un intérêt culturel. Par ailleurs, Reine met aussi en avant de manière forte les traditions toujours vivaces de la Suisse. La tradition présentée ici est celle du « combat de Reines », une tradition fortement ancrée dans le Valais suisse, et qui veut qu’à l’issue d’un combat entre plusieurs vaches soit désignée celle qui sera Reine. Cet album présente en outre un intérêt interculturel. Parmi les angles d’approche qui peuvent ici être envisagés on citera : la place de l’animal (ici de la vache) dans une société donnée ou encore ce qui fait partie de l’imaginaire national9.

  • 10 Josiane Cetlin, correspondance personnelle.
  • 11 « Décriée ou adulée, la mondialisation est le forum de toutes les surprises : dans le domaine du li (...)

17Cet album, bien que non caractéristique de la production de Suisse romande destinée à la jeunesse qui tend, ainsi que l’affirme Josiane Cetlin10, à être plus « universelle », montre l’importance relative de la montagne et des paysages pour les Suisses et nous convie à une « rencontre avec l’autre ». On remarquera en outre que Reine est une illustration du fait qu’en contexte de mondialisation, la littérature de jeunesse se fait le reflet à la fois du particulier et du singulier mais aussi du proche et du lointain11.

Le chandail de hockey de Roch Carrier (illustrations de Sheldon Cohen)

18Cet album, considéré comme un classique de la littérature de jeunesse québécoise, plonge d’emblée le lecteur dans l’univers Canadien et présente le hockey sur glace, sport national, et l’idole des jeunes québécois des années 40, le Canadien Maurice Richard, surnommé ‘Le Rocket’.

Figure 2 : Le chandail de hockey, Roch Carrier (ill. de Sheldon Cohen), 1984

Figure 2 : Le chandail de hockey, Roch Carrier (ill. de Sheldon Cohen), 1984

© Livres Toundra

19Comme pour Reine, la trame narrative du Chandail de hockey peut être qualifiée de « simple ». Un jeune garçon québécois partage sa vie entre l’école, l’église et la patinoire. Sa mère passe la commande, un jour, d’un nouveau chandail de hockey car le sien est abîmé. Mais au lieu de recevoir le maillot qu’il attend, celui des Canadiens de Montréal, il reçoit celui de l’équipe adverse et haïe, les « Maple leafs » de Toronto. Le pauvre garçon tombe littéralement à la renverse mais le désespoir l’accable lorsque sa mère refuse de renvoyer le chandail et qu’il doit porter celui-ci. Le jeune garçon arrive finalement sur la patinoire avec le maillot inapproprié et n’est pas tout d’abord appelé à jouer. Las d’attendre son tour, le jeune garçon saute finalement sur la glace et commet ainsi une erreur qui lui vaut d’être exclu du jeu.

  • 12 Roch Carrier : Le chandail de hockey. Office National du film du Canada. 1980. https://www.onf.ca/f (...)

20Cet album, tout comme le précédent, revêt un intérêt didactique au niveau linguistique, culturel et interculturel. Au niveau linguistique, il permet de sensibiliser les apprenants à certaines variations typiquement québécoises et au lexique propre au hockey sur glace. Projeter en classe le court métrage d’animation réalisé à partir de l’album12, après avoir abordé en classe la lecture de cet iconotexte, permet, ainsi que nous l’avons fait, de sensibiliser les apprenants aux particularités phonétiques et phonologiques du français québécois.

21Au niveau ethnographique, cet album permet une entrée dans l’univers canadien des années 40. L’image évoque le mode de vie de l’époque, en présentant par exemple la cuisine comme pièce à vivre de la maison, mais aussi ce qui constitue l’univers et les préoccupations d’un jeune garçon à l’époque.

22L’album est également porteur d’un contenu culturel implicite très fort. En effet, il fait allusion aux relations, souvent méconnues des apprenants allophones, entre Québécois et Canadiens anglophones. Le refus de la mère de renvoyer le maillot inapproprié à la société de vente par correspondance dirigée par un « Anglais » est caractéristique de l’attitude des Québécois à l’époque vis-à-vis des Canadiens anglophones, et de leur volonté de ne pas leur déplaire.

  • 13 Pouliot (1994 : 82-86) fait remarquer que les personnages anglophones sont généralement représentés (...)

23L’image dans l’album n’a pas simplement une fonction illustrative, elle permet aussi que, sur le plan ethnographique par exemple, soient convoyées des informations qui n’apparaissent pas dans le texte. Elle permet également d’accentuer la tonalité humoristique de l’album. Ainsi Monsieur Eaton, l’« Anglais » propriétaire de la société de vente par correspondance, est-il représenté de manière caricaturale avec chapeau melon, théière et parapluie13.

24La lecture d’un album comme celui-ci permet de préparer des étudiants australiens à un échange universitaire avec le Canada. Le didacticien ne se limite pas alors à donner à ses apprenants des clefs sur la géographie, le climat et quelques caractéristiques linguistiques. Il les aide à comprendre comment cohabitent les différentes communautés et quels rapports celles-ci entretiennent. Une perspective interculturelle mettant en exergue les analogies/les différences entre le contexte canadien et, si la situation s’y prête, le contexte multiculturel dans lequel sont immergés les apprenants, est envisageable.

La réception et l’engagement des apprenants dans la lecture de ces deux albums

Démarche de recherche

25Nous avons distribué aux apprenants participant à notre recherche deux questionnaires, et ce, afin de recueillir des informations concernant la réception de l’intégralité du corpus et l’engagement des apprenants dans la lecture de ces ouvrages. Le premier de ces questionnaires a été rempli avant que n’ait lieu l’expérimentation, le second une fois que celle-ci avait eu lieu.

26Il s’agissait pour nous de voir s’il y avait eu ou non un rejet de la part de nos jeunes adultes apprenants pour des œuvres qui ne leur sont a priori pas destinées. Leurs réponses devaient confirmer ou infirmer l’importance d’éléments que nous avions identifiés comme susceptibles d’intéresser et d’engager les apprenants dans la lecture de ces œuvres, comme l’importance du contenu culturel ou encore l’apport de l’image.

27Les questionnaires distribués, qui comportaient des questions ouvertes, ont été analysés selon la méthode de l’analyse de contenu (content analysis) selon Patton (2002 : 463). Cette méthode consiste à identifier ce qu’il y a de commun dans les réponses, à catégoriser, classifier et labelliser les éléments récurrents présents dans les données recueillies afin de faire ressortir et de mettre en valeur ce qui est significatif.

28Recueillir des informations sur la réception du corpus francophone n’était pas l’objectif premier de la recherche. Les données présentées ici peuvent paraître incomplètes ou insuffisantes. Cette première recherche, qui demande sans aucun doute à être complétée, fournit néanmoins des pistes intéressantes pour de futurs travaux portant plus spécifiquement sur l’intégration d’albums francophones pour la jeunesse dans la classe de langue-culture à l’université.

Résultats

29Nous présenterons dans un premier temps une synthèse des réponses fournies par les apprenants aux questions qui portaient de manière globale sur la réception de la littérature de jeunesse et de l’album. Nous nous pencherons ensuite sur ce qui, dans les réponses des apprenants, a trait de manière plus précise à la lecture et à l’étude des deux albums francophones retenus.

La littérature de jeunesse et l’album, supports pertinents pour l’apprentissage à ce niveau de maîtrise de langue-cible

30Précisons tout d’abord que les supports choisis et la démarche ont été bien reçus des apprenants dans leur ensemble. L’analyse des productions écrites réalisées à la suite de la lecture des autres iconotextes du corpus a également montré l’engagement de tous les apprenants dans la démarche proposée et a mis en avant des traces significatives d’apprentissage tant sur les plans linguistiques que littéraires ou culturels. Ceci nous a permis de conclure que le corpus des cinq iconotextes adressés à la jeunesse avait permis de répondre aux besoins de chacun, quel que soit son parcours antérieur de l’apprentissage du français, son niveau de langue, et son profil d’apprenant.

31Dans les questionnaires finaux, les apprenants affirment avoir fait des progrès en termes d’apprentissage linguistique et de savoir-faire pour la lecture-écriture. Ils mentionnent aussi l’importance de l’apport culturel lié à la lecture de ces ouvrages.

32Le semestre d’étude a par ailleurs conduit les apprenants à modifier leurs représentations en ce qui concerne la littérature de jeunesse et l’album. Si celles-ci reflétaient au départ plus ou moins les idées toutes faites qu’on trouve généralement- c’est-à-dire que cette littérature est synonyme pour eux essentiellement de simplicité et de brièveté-, on remarque à la lecture des réponses fournies dans le questionnaire final que les apprenants sont désormais, dans leur majorité, sensibles à la complexité, à la diversité et à la valeur culturelle de cette littérature.

33Si trois apprenants émettent encore des réserves sur la littérature de jeunesse en fin de parcours et utilisent des termes comme « simple », « basique » ou encore « enfantine », ces remarques sont contrebalancées dans leurs réponses par des éléments positifs comme « les images formidables », « l’introduction au vocabulaire et à l’emploi des temps » et par le fait, que les copies de ces apprenants comportent de nombreuses traces d’engagement dans la lecture des iconotextes proposés.

L’importance du culturel, de la « rencontre avec l’autre » pour nos apprenants

  • 14 Cette question était : “What are your expectations concerning the literature to be read in class?”

34La question 1 du premier questionnaire14 visait à identifier les attentes des apprenants concernant les ouvrages à lire. Les réponses collectées ont montré que ceux-ci accordaient une importance au contenu culturel même si leurs attentes se cristallisaient d’abord autour des notions de simplicité et d’accessibilité. Sept étudiants sur les vingt-six participants à la recherche ont mentionné le culturel comme faisant partie de leurs attentes. A également été mentionnée par un apprenant l’importance, dans l’enseignement-apprentissage de la langue cible, de recourir à des œuvres authentiques plutôt qu’à des textes « fabriqués ».

35Pour ce qui est des réponses fournies en fin de semestre et en particulier de celles qui concernent la satisfaction relative au contenu des livres au programme, nous notons que 77% des apprenants du groupe se déclarent satisfaits et que 23% ne renseignent pas cette rubrique. Le culturel et la rencontre avec l’autre, telle qu’elle a été organisée autour d’iconotextes pour la jeunesse, ont particulièrement été salués par huit apprenants du groupe.

36D’autres éléments viennent corroborer l’importance que les apprenants accordent au contenu culturel pour leur apprentissage. Ainsi, on remarque que la « rencontre avec l’autre » a donné lieu dans les productions écrites réalisées à la suite d’une unité pédagogique consacrée au Petit Chaperon rouge à des traces d’appropriation du culturel, visibles dans la reprise par l’apprenant dans son propre texte, d’éléments culturels observés dans les images des iconotextes ou dans les documents annexes proposés.

La réception des deux iconotextes francophones proposés

  • 15 On souhaite préciser ici que dans les réponses fournies au questionnaire initial en ce qui concerne (...)

37L’œuvre préférée pour une majorité des apprenants du groupe a été le récit illustré Pochée étudié en fin de semestre et plus long que les autres (62 pages) cité par dix-huit des vingt-six apprenants. Pour autant, certains ont manifesté un enthousiasme marqué pour Le Chandail de hockey puisque 7 d’entre eux le classent premier. L’ouvrage Reine a été cité plus rarement (3 étudiants). Néanmoins, les apprenants ayant cité ces ouvrages francophones montrent un certain enthousiasme pour des cultures, régions et individus auxquels ils n’avaient pas prioritairement pensé en abordant le semestre d’étude15.

38Les raisons évoquées pour justifier de cet intérêt sont d’une part des raisons non liées aux dimensions culturelles ou linguistiques -comme l’identification au héros à cause de son caractère ou de sa passion pour un sport en particulier (c’est le cas d’A6), l’humour (un livre «  léger » et « drôle » selon A7 et A8) ou encore des raisons liées à l’esthétique de l’album et à la beauté des images (pour A17 et A22)- et d’autre part des raisons qui sont liées à la dimension culturelle de ces iconotextes (pour A3, A7, A21, A11).

39Les commentaires suivants mettent en avant l’intérêt culturel du Chandail de hockey et le fait que sa lecture a permis aux apprenants de découvrir le Québec :

Le chandail de hockey: very interesting, because it was light hearted and funny but still had interesting cultural references.(A7)

I thought the inclusion of Le chandail de hockey was great because it provided an insight into French Canadian culture that I wouldn’t be at all familiar with. (A11)

I really enjoyed Le chandail de hockey, firstly because it’s such a great book but also because it gave us a chance to learn about the politics, culture and history of Quebec, which I found really interesting. (A21)

De manière assez semblable l’intérêt culturel de Reine est souligné par deux apprenants :

I loved Reine. It was so rich culturally! (A3)

Reine, as it showed a very unusual aspect of rural Swiss culture.

Cow fighting! What’s not to love? The pictures were lovely. (A17)

40Enfin, et ceci est particulièrement intéressant, il faut noter qu’un apprenant (A11) fait référence au rapport texte-image et à l’apport que l’image a constitué pour son apprentissage. Cet élément constitue un argument essentiel en faveur de l’introduction d’iconotextes contemporains dans la classe de langue. La double exposition au texte et à l’image lui a permis, ainsi qu’il le dit, « de mieux comprendre l’histoire, en créant une base conceptuelle à partir de laquelle il pouvait travailler » :

I preferred Le chandail de hockey the best because [sic] not only the insight into French Canadian culture, the pictures helped me understand the story a bit better, creating a conceptual base to work with. (A11)

Perception de la démarche didactique dans sa globalité

41Les réponses des apprenants ont également mis en avant l’importance d’une démarche qui, d’une part, intègre une réflexion sur ce qu’est la littérature de jeunesse et sa fonction de transmission de valeurs et d’idées au sein d’une communauté et qui, d’autre part, intègre des documents culturels annexes de nature diverse qui permettent une meilleure compréhension des iconotextes proposés

I think that the books we studied were great at expanding our vocabulary and showing us grammar in practice, but still simple enough to understand. It could have gotten boring [sic] reading books aimed at a younger age group, but we were kept interested by explanations of how these books demonstrate French/Québécois culture/politics/history. I think it was great being exposed to so many different types of books. The literature was all chosen very well‑especially books like Chandail de hockey and John Chatterton because they were so clever in how they alluded to popular culture and history. (A21, q.6)

42A21, n’est pas le seul apprenant à plébisciter une approche qui lie les iconotextes étudiés à leur contexte historique, social et culturel :

Yes, but note that extra information is necessary! For example, Le Petit Chaperon Rouge would have been boring if you had not provided other versions (from 16th century etc.) and historical backgrounds. (A13)

Content was made more interesting by linking it to French culture.(A17)

43Comme nous l’avons précisé préalablement, les deux ouvrages francophones étudiés, n’ont pas donné lieu à des productions écrites en fin de parcours. Ajoutons encore que le même corpus d’œuvres a été proposé en lecture à des apprenants de niveau similaire l’année suivante et que des cercles de lecture ont en outre été mis en place. Ces cercles de lecture sont une transposition en langue étrangère d’une pratique du français langue maternelle dans l’enseignement primaire. Il s’agit de groupes de lecture temporaires qui réunissent plusieurs apprenants autour d’un livre dont ils partagent la lecture. Ces apprenants endossent des rôles spécifiques déterminés à l’avance qui leur permettent d’intervenir puis de débattre sur plusieurs aspects du livre choisi (mots, passage du texte, mise en lien avec d’autres livres ou documents par exemple). Les apprenants s’appuient sur des notes qu’ils ont rédigées à l’avance. Sans entrer dans le détail, nous citerons ici quelques exemples de travaux proposés par les apprenants lors des cercles de lectures ayant fait suite à la lecture de Reine :

  • La composition des images dans Reine

  • Les symboles et signes chrétiens dans Reine

  • Le combat tel que raconté dans l’image et le texte

  • L’importance du paysage dans Reine.

  • La Suisse vue par un Australien dont la famille vit en Suisse. Evocation personnelle

  • Les thèmes communs au Robinson Suisse de David Wyss (1870) et à Reine de Jacqueline Delaunay (le triomphe contre toute attente, la nature, l’importance du catholicisme).

  • L’usage de la couleur et de la ligne dans Reine.

  • La Suisse à l’exposition universelle 2010 à Shanghai.

44Il nous a semblé ici, sans que soit mis en place un dispositif de recherche formel, qu’il y avait là encore, en particulier dans le soin apporté par chacun des apprenants à développer les aspects sur lesquels il avait choisi de travailler, les traces d’un engagement remarquable dans la lecture des iconotextes retenus. Ce constat ouvre des perspectives pertinentes pour une recherche future, en particulier dans la mesure où les cercles de lecture semblent favoriser l’émergence de réflexions sur la complexité du support iconotextuel.

Conclusion

  • 16 On pense ici notamment à Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies (2003).

45Les ouvrages francophones retenus pour notre étude présentaient les caractéristiques suivantes : authenticité et visée éducative et culturelle puisqu’il s’agit de textes destinés à la jeunesse et forme particulière alliant texte et image. N’étant pas nous-mêmes originaire de Suisse ou du Québec, nous nous étions adressées à des chercheurs en littérature de jeunesse de ces pays afin de constituer notre corpus. Il importe cependant ici de dire que d’autres ouvrages, mettant par exemple en exergue les questions de multiculturalité, de migration auraient tout aussi bien pu être choisis. On aurait encore pu montrer comment, dans l’espace francophone, se mêlent néologismes et emprunts aux langues de contact (Molinari, 2008). On aurait encore pu s’intéresser aux albums néo-calédoniens bilingues qui mêlent l’une des langues kanak (le paicî) et le français16 ou aux albums polynésiens mettant en exergue la question de la pollution des ressources naturelles.

46Lors la constitution de notre corpus, nous avons veillé à ce que les ouvrages retenus présentent à la fois des caractéristiques de simplicité et d’accessibilité mais aussi des caractéristiques de complexité. Cette complexité était présente ici à travers, notamment, la présence d’un contenu culturel fort qui s’illustrait, entre autres, par la présence dans le texte de variations linguistiques du français ou encore par la présence d’un implicite touchant à la relation entre plusieurs communautés au sein d’un même espace géographique.

47L’objectif de la recherche que nous avons conduite était de nous fournir des réponses quant à la réception d’œuvres destinées à la jeunesse par un public de jeunes adultes matures et exigeants et à leur engagement dans une démarche de lecture-écriture basée sur des ouvrages de ce type. En incluant des albums francophones à forte composante culturelle dans notre corpus, nous voulions observer si ce type d’ouvrage suscitait l’intérêt des apprenants concernés et leur engagement dans la lecture et l’écriture. Bien que notre recherche n’ait pas permis de recueillir d’informations auprès d’un échantillon très large, les résultats obtenus permettent de fournir des pistes pour de futures recherches.

48Les réponses fournies par les participants à la recherche mettent l’accent sur l’importance d’introduire des ouvrages francophones authentiques et non tronqués à des niveaux peu élevés de maîtrise de la langue cible. Les iconotextes adressés à la jeunesse qui s’inscrivent dans une démarche de transmission permettent, en classe de langue, de conjuguer le lire et l’écrire. Ils invitent également à s’interroger sur la démarche artistique des auteurs et à s’ouvrir davantage sur le monde francophone.

49Notre recherche a montré l’intérêt suscité par des albums de type patrimonial porteurs d’un contenu culturel fort auprès de jeunes adultes apprenant le français à l’université. Elle a aussi montré la capacité de ces supports à les engager dans une démarche inter- et transculturelle, ainsi que le montrent les thèmes choisis par les apprenants lors des cercles de lecture organisés l’année suivante avec le même corpus d’œuvres. Notre recherche a également mis en avant la pertinence d’une démarche qui inclut des documents de nature diverse en relation avec les iconotextes proposés et qui éclairent sur d’autres aspects culturels de la région considérée. Elle a également présenté l’intérêt d’un groupe d’apprenants multiculturel pour des œuvres francophones, dans une perspective où la francophonie n’est pas « le simple prolongement de la langue et de la culture métropolitaine », mais s’oriente vers « une francophonie vraiment plurielle, métissée, multiculturalisée » (Icart, 2006).

50Il nous semble que la recherche contemporaine effectuée dans le champ de la littérature de jeunesse ouvre des perspectives en ce qui concerne l’appropriation par le champ du français langue étrangère de ces ouvrages. Témoins de ce qu’un pays donne à lire à sa jeunesse, ces ouvrages ont une valeur culturelle et patrimoniale indéniable.

51Ces ouvrages singuliers, alliant texte et image et fortement ancrés dans la réalité des zones étudiées, permettent que soient développées de nombreuses activités pédagogiques favorisant l’acquisition de savoirs et de savoir-faire dans tous les domaines visés par l’enseignement-apprentissage d’une langue-culture. Ils favorisent la rencontre avec l’autre, et rendent possible une approche plus sensible des pays de l’aire francophone.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de littérature de jeunesse :

Delaunay, J. (2008). Reine, Genève : La joie de lire.

Carrier, R. & Cohen, S. (1984). Le Chandail de Hockey, Montréal : Livres Toundra.

Pourawa, D. & Mouchonniere, E. (2003). Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies. Nouméa : Ed. Grain de sable, en collaboration avec le centre culturel Tjibaou.

Schönz, S. & Carigiet, A. (2008). Une cloche pour Uersli, Zürich : Orell Füssli.

Wyss, J. D. (1870). Le Robinson suisse, http ://www.gutenberg.org/files/18152/18152-h/18152-h.htm consulté le 22 Mars 2011.

Court-métrage pour la jeunesse :

Carrier, R. : Le chandail de hockey. Office National du film du Canada. 1980. https://www.onf.ca/film/chandail_le/

Ouvrages/ articles- champ de recherche en littérature de jeunesse :

Pouliot, S. (1994). L'image de l'autre - Une étude des romans de jeunesse parus au Québec de 1980 à 1990, Sherbrooke (Québec) : Editions du CRP.

Douglas, V. (2013). Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle. Paris : L'Harmattan.

Ouvrages/ articles- champ de recherche en didactique du FLE ou des langues étrangères :

Appelt, J. E. (1985). Not just for little kids: the picturebook in ESL classes. TESL Canada Journal, vol.2, n°2, 67-78.

Bailleul, C. & Tosi, M. (2008). D’un code à l’autre : transposition d’un texte littéraire vers une bande dessinée. In : Zarate, G., Lévy, D. & Kramsch, C. (éds.) Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme. Paris: Editions des archives contemporaines, 245-254.

Demougin, F. (2008). Continuer la culture: le littéraire et le transculturel à l’œuvre en didactique des langues, ELA, n° 152.

Handel, R. D. & Goldsmith, E. (1989). Children’s literature and adult literacy: empowerment through intergenerational learning. Lifelong learning : an omnibus of practice and research, n°12, 24-27.

Hesse, M. (2002). Jugendliteratur als Schreiblehre-Untersuchungen zum Verhältnis von Lesen und Schreiben im Englishunterricht der Sekundarstufe I. Tübingen: Günter Narr Verlag.

Ho, L. (2003). Using children’s literature with young EFL learners. Teaching English to students from China. Singapore : Singapore University Press.

Maizonniaux, C. (2013). Les apports de la littérature de jeunesse pour la didactique du FLE en contexte universitaire australien. Thèse non publiée. The Australian National University Canberra et Université Stendhal-Grenoble 3.

Molinari, C. (2008). Images référentielles et symboliques: construction de représentations ethnoculturelles dans le dictionnaire. In: Zarate, G., Lévy, D. & Kramsch, C. (eds.) Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme. Paris: Editions des archives contemporaines, 239-244.

Ronnqvist, L. (2002). Secondary level EFL : Melina Marchetta’s Looking for Alibrandi. Dans Sell, R. D. (édit.) Children’s literature as communication. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company.

Zarate, G., Lévy, D. & Kramsch, C. (2008). Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris : Editions des archives contemporaines.

Ouvrages/ articles- Etudes francophones :

Icart, J.C. (2006). « Embrasser tout l’horizon », dans André, S. (dir), Diversité culturelle en francophonie, Papeete, Tahiti, Haere Po, 7-21, cité par Nières-Chevrel, I. & Perrot, J. 2013. Dictionnaire du livre de jeunesse, Paris : Electre-Editions du Cercle de la librairie, p.383.

Ouvrages/articles-Autres champs :

Nerlich, M. (1990). Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La femme se découvre d’Evelyne Sinassamy. In : Montandon, A. (éd.). Iconotextes. Actes du colloque international de Clermont. Paris : Orphys, 255-302.

Patton, M. Q. (2002). Qualitative research and evaluation methods (3rd ed). Thousand Oaks, CA.Sage.

Haut de page

Notes

1 Remarque préalable : Nous utiliserons dans la suite de ce texte et par commodité le terme ‘francophone’ sans prétendre ici contribuer aux débats qui concernent ce terme.

2 Pouliot, S. 1994. L'image de l'autre - Une étude des romans de jeunesse parus au Québec de 1980 à 1990, Sherbrooke (Québec), Editions du CRP.

3 A ce sujet, Matthieu Letourneux note que « non seulement l’album pour la jeunesse associe deux langages indépendants, mais en les faisant dialoguer, il en fonde un troisième, hybride, jouant sur les possibilités offertes par leur combinaison. La relation entre le texte et l’image peut être un travail de complémentarité ou d’opposition des informations, elle peut encore délimiter des espaces de compétences différents entre le parent et l’enfant, elle peut entraîner un dialogue ludique entre l’un et l’autre...Les cas de figure sont nombreux, l’écart entre les deux langages permettant une très grande variété de jeux possibles. « (Letourneux, 2009 : 195).

4 Pour plus d’informations sur ce point particulier, on pourra se reporter utilement au chapitre2 de notre travail doctoral (Maizonniaux, 2013).

5 Appelt (1985) note par exemple qu’une telle démarche peut heurter les apprenants, qu’ils peuvent se sentir « insultés « si un travail d’information préliminaire n’est pas effectué. What is absolutely essential […] [is] that no student ever feels that he/she is being insulted or condescended to.” (Appelt, 1985).

6 Ont d’abord été proposes plusieurs réécritures contemporaines du conte « Le Petit Chaperon rouge «, puis les deux albums francophones dont il est question ici, et enfin un récit illustré de 62 pages,  Pochée  de Florence Seyvos.

7 Isabelle Nières-Chevrel affirme : « En simplifiant un peu, on peut dire que les petits formats sont les supports de l’intimité, les grands formats ceux du spectaculaire ou de l’abondance. « (Nieres-Chevrel, 2009 : 121).

8 Cet album qui est l’œuvre de Selina Chönz et du peintre et graphiste grison Alois Carigiet, aborde une tradition propre à la communauté romanche, le chalandamarz.

9 L’importance accordée ici au paysage suisse, à la nature, à sa beauté est, semble-t-il, à mettre en lien avec l’attachement, ce qui sert de trait d’union entre les Suisses au-delà de leurs différences régionales ou linguistiques. Ainsi, selon Josiane Cetlin, « L’imaginaire de la nation, de son unité, ne s’est pas construit autour d’une langue, d’un savoir ou d’une culture commune, mais plutôt autour d’éléments associés, impalpables, romantiques et mystiques, comme la beauté de la nature et des paysages, l’indépendance et le divin. « (Cetlin, 2008 : 81).

10 Josiane Cetlin, correspondance personnelle.

11 « Décriée ou adulée, la mondialisation est le forum de toutes les surprises : dans le domaine du livre de jeunesse, elle enregistre le minuscule et le gigantesque, le familier et l’exotique, le lointain et le proche. « (Perrot, 2008 : 9)

12 Roch Carrier : Le chandail de hockey. Office National du film du Canada. 1980. https://www.onf.ca/film/chandail_le/

13 Pouliot (1994 : 82-86) fait remarquer que les personnages anglophones sont généralement représentés dans la littérature de jeunesse québécoise comme des personnages caractérisés par leur aisance financière et leur statut social élevé.

14 Cette question était : “What are your expectations concerning the literature to be read in class?”

15 On souhaite préciser ici que dans les réponses fournies au questionnaire initial en ce qui concerne le contenu attendu par les apprenants, il est apparu que les attentes de trois de nos apprenants (dont les deux apprenants chinois du groupe) se focalisaient exclusivement sur la France et sa culture (A7, A11 et A21).

16 On pense ici notamment à Téâ Kanaké, l’homme aux cinq vies (2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Reine, Jacqueline Delaunay, 2008
Légende © La Joie de lire
URL http://rdlc.revues.org/docannexe/image/346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 2 : Le chandail de hockey, Roch Carrier (ill. de Sheldon Cohen), 1984
Crédits © Livres Toundra
URL http://rdlc.revues.org/docannexe/image/346/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christèle Maizonniaux, « La rencontre avec l’« Autre » dans la lecture d’œuvres francophones adressées à la jeunesse : modalités, réception et perspectives », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 12-1 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rdlc.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/rdlc.346

Haut de page

Auteur

Christèle Maizonniaux

Christèle Maizonniaux est maître de conférence à l’Université Flinders (Adélaïde, Australie) et membre du laboratoire LITT&ARTS (composante LITEXTRA-Littératures, expériences, transmission) Grenoble-Alpes. Sa thèse de doctorat, réalisée en cotutelle (ANU, Canberra et Université Stendhal-Grenoble 3) et soutenue en 2013, portait sur les apports de la littérature de jeunesse pour la didactique du FLE en contexte universitaire australien.
Courriel : christele.maizonniaux[at]flinders.edu.au
Toile : http://www.flinders.edu.au/people/christele.maizonniaux
Adresse : Flinders University. School of Humanities and Creative Arts. Department of Languages and Applied Linguistics. Adelaide, Australia.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • Les cahiers de Revues.org